"Nous pourrions souvent voir, mais nous n'avons pas le courage de lever les stores."

Anne Barratin

Analyse de votre cigarette

Ce n’est pas ce que contient votre cigarette qui importe...

En effet votre cigarette contient des agents de saveur et de texture, du tabac, de la nicotine.
Ce qui importe et qui est oublié, c’est le moment où la cigarette rentre en combustion elle devient le théâtre d’une multitude de réaction chimique qui produisent plus de 4000 substances dont 40 sont clairement définies comme étant cancérigènes.

1 paquet par jour correspond à 250 ml de goudron par an, soit un pot de confiture.
Les goudrons représentent la principale source de cancer puisqu’ils incluent un grand nombre de substances tels que les hydrocarbures comme le benzène.

La nicotine dont on parle beaucoup parce que ça sonne bien est, quant à elle un poison.
Les Amérindiens utilisaient le tabac dans les greniers à grains pour tuer les rats et les insectes.
Plus tard, un chimiste découvrit que la nicotine était le principal actif alors on se servit de ses puissants effets pour en faire des pesticides. Sur les animaux et les humains, elle agit directement sur le cerveau, le système respiratoire et cardiovasculaire.

Les cocktails des différentes marques de tabac, restent secrets.
On sait qu’en Europe 600 additifs sont autorisés. Ceux-ci agissent sur le goût, l’odeur et la facilité à inhaler la fumée (adoucissant).

  • L'ammoniac, 1er additif utilisé dans les années 70, augmente l'absorption de la nicotine
  • Les désodorisants masquent la fumée de cigarette dans l'air ambiant
  • Les arômes artificiels (chocolat, miel, caramel...) rendent la cigarette plus agréable au goût
  • Les anesthésiants (menthol...) atténuent les irritations de la gorge et facilitent l'inhalation de la fumée
  • Les dilatateurs des bronches (cacao, réglisse...) dilatent les bronches et permettent à la fumée de pénétrer plus profondément dans les poumons.

Sur rendez-vous du lundi au samedi
Au cabinet ou à votre domicile

Annexes

« Heureux soient les fêlés, car ils laisseront passer la lumière »
Michel Audiard
©2018 Thibault Faverais - Tous droits réservés